retour

JONVAL ERIC

Évider les corps, les débarrasser de leurs entrailles, les alléger de leur matérialité.
Illusion.
Les forces animales les habitent, jaillissant des profondeurs primitives : poissons rongés, déchiquetés ou poissons aux gueules voraces, surgis des tréfonds.
Brutalité de l’existence.
Dévorer ou être dévoré.
Et finalement, accueillir La Vie. S’émerveiller devant la Création.
Pureté et perfection des lignes et des formes.
Harmonie des corps massifs ou aériens, puissants et fragiles, tout aussi menaçants que pacifiques.
A la fois proies et prédateurs.
Éprouver la dualité de la Nature ; l’accepter, la prendre à pleines mains et la sculpter.
Les toutes dernières sculptures de JONVAL sont en métal, où l'on retrouve toute la force et la finesse de son travail.
De l'acier soudé, fondu, meulé… Torturé, déchiré...
Et finalement sublimé.
voir son site voir sa page Facebook envoyer un e-mail