retour

PAGÉ FRANÇOIS

Je propose une peinture construite sur l’idée de paysage frontal sans horizon, sans perspective : des plans d’eau où reflets et végétations se mélangent. Les personnages et animaux sont peints d’une manière très réaliste à l’inverse du jardin. Je tente de réaliser un changement de traitement entre le sujet et le fond, l’un fait à la loupe et l’autre traité comme un fond de décor d’opéra. Lorsque je fais une mise au point avec mon œil directeur, l’ensemble de ce qui n’est pas « pointé mais localisé (focalisé) » est flou. Comme mon sujet n’est jamais centralisé dans le tableau, il se produit un déplacement inhabituel du regard, « une mise au point », c’est le « punctum ».
Cette mise au point s’établit, elle devient instable créant un certain malaise voire une déstabilisation.
Le titre contribue à introduire le spectateur dans une peinture narrative, souvent une séquence d’un dialogue hors-champ, qui nous renvoie au contraire de cette peinture intemporelle à l’immédiateté des mots.
voir son site voir sa page Facebook envoyer un e-mail